dimanche 28 octobre 2007

Los cortes

Nous voilà revenus de chez le coiffeur...

Ca n'a vraiment pas été facile d'expliquer en espagnol la coupe de cheveux que nous voulions. Enfin surtout Alissonita, qui va d'ailleurs y retourner dans un mois parce qu'elle n'a pas eu exactement ce qu'elle voulait.
J'ai négocié et j'ai réussi à avoir l'autorisation de mettre une photo...


Ca me va bien hein???

Bon, j'déconne ça va...

Voilà la vérité:

Elle est pas belle hein???

Bon, j'vous montre ma coupe aussi... tant qu'on y est...

Bon rien d'exceptionnel... un poquito mas corte (je crois que c'est comme ça qu'on dit... en tout cas, c'est ce que je voulais).

Bref, pour un première expérience de coiffeur au Mexique, on était super contents:

Manifest

Hier, nous avons vécu notre premier concert au Mexique. Ou plutôt, nos premiers concerts, puisque nous sommes allés au Manifest, qui est un festival avec, à l'affiche Chikita Violenta, Whitest Boy Alive, Titàn (groupe mexicain excellent), Yo La Tengo, The Rapture, The Horrors, et donc, Interpol en tête d'affiche.
Le concert d'Interpol était vraiment très bon. Même en tant que fans, nous pouvons objectivement dire que nous avons eu la chance de voir un concert vraiment excellent. Ils ont commencé par Pionner to the falls et ont terminés par PDA (pour celles et ceux que ça intéresse).
A part Interpol, on peut vraiment témoigner d'une expérience particulière: un festival à Mexico.
Même si on ne peut pas vraiment parler d'une différence absolue entre un festival français et un festival mexicain, nous qui sommes à l'affût du moindre petit fait culturel typiquement mexicain, nous avons pu observer pas mal de choses intéressantes hier dont une sur laquelle nous allons nous arrêter: le look des jeunes mexicains fans de rock.
Ça vaut vraiment le coup d'oeil (on aurait bien pris des photos mais on ne pouvait pas faire rentrer l'appareil photo dans l'enceinte du festival).
Ici, quand les jeunes fans sont vraiment fans ils s'investissent à fond afin de ressembler à leurs idoles, lesquelles idoles avaient comme idoles nos idoles, qui avaient comme idoles les idoles de nos parents... (vous suivez?).
Et cet investissement se caractérise par une utilisation généralisée des jeans stretchs, des vestes de costumes cintrées avec la petite cravate qui va bien, et puis surtout, des coupes de cheveux des plus gonflées (au sens propre).
Vous êtes peut-être en train de vous dire que c'est la première fois que nous voyons des jeunes et que nous devrions penser à nos dégaines d'il y a quelques années... Non, non... Très sincèrement, c'était quelque chose hier ce festival... Ils et elles étaient vraiment terribles...

Voilà pour ce festival qui était très bien lui-aussi. A ceci près qu'un festival en plein air un 27 octobre... c'est un peu limite au niveau climat.
Et oui, on ne vous a jamais parlé du climat à Mexico.
Alors, c'est assez particulier. On a mis quelques semaines à comprendre ce qui allait nous attendre tout au long de cette année au niveau du temps. En fait, ici, en une journée, vous vivez les quatre saisons: l'hiver, le matin, où il fait 5°, l'été lors des après-midis ensoleillées, où on peut tranquillement boire un bière en lisant un bouquin (ou l'inverse) allongé sur le transat' de sa terrasse... Et puis le printemps-automne de la fin de matinée et de l'après-midi où il ne fait pas froid mais pas chaud non plus.
Tout dépend du soleil en fait. S'il y en a, il fait chaud et s'il n'y en a pas... il fait froid. Voire très froid. Et hier, au festival, il est arrivé un moment où le soleil est allé se coucher et où il a commencé à faire frais, puis froid, puis très froid. On a regretté de pas avoir de gants, d'écharpes et de bonnets alors que trois heures auparavant nous nous prélassions en tee-shirts...
Donc le festival en plein air à la fin octobre, il faut se couvrir... Interpol, les pauvres étaient complètement gelés et jouaient en blouson et manteaux...

Voilà tout pour ce week-end... enfin non, presque tout parce qu'aujourd'hui, c'est coiffeur. Alors vous allez me dire (me=Marc): "Bon ça va c'est pas l'évènement d'aller chez le coiffeur..." Je suis d'accord avec vous, ce n'est pas un évènement... Pour moi peut-être... Mais pour Alissonita...
Je vais essayer de négocier des photos et essayer d'en publier une ce soir...

Allez, sur ce... On vous embrasse bien fort.
Prenez soin de vous!

On s'est fait des amis !

Nous vous présentons Aurélie et Samyr et ce sont nos amis du Mexique:



Oui, oui... ils ont la méga-classe...

En fait on aurait dû vous en parler depuis un petit moment. Ce sont les premières personnes externes au travail que nous avons rencontrées et qui nous ont un peu expliqué le pays et la ville. C'est avec eux que nous rigolons vraiment beaucoup, et c'est avec eux que nous sommes allés au concert hier.

Vous voulez en savoir davantage? Pas de problème...
Alors, nous sommes rentrés en contact avec Samyr et Aurélie grâce à Franck M. (que nous embrassons bien chaleureusement par la même occasion!), qui travaillait avec Samyr à Paris.
Le couple de français un peu fatigué de la routine parisienne a décidé, il y a un peu plus d'un an, de se lancer dans le cinéma mexicain, étant certains de pouvoir exploiter pleinement un nouveau filon du septième art.
C'est alors que munis d'une idée de telenovelas révolutionnaire nommée Santa Blabla, Aurélie et Samyr n'eurent même pas besoin de passer le moindre casting. C'est la photo qui illustre ce message qui a tout fait. En effet, nous vous assurons que vous pouvez vous estimer heureux d'admirer cette photo qui est aujourd'hui bien plus qu'une icône au Mexique et même dans toute l'Amérique latine.
Voilà. Nous sommes amis avec des stars de la télé mexicaine. Et on va vous avouer sans aucune honte que nous en somme assez fiers.
Vous pouvez vous aussi vous estimer très chanceux de vous dire que vos amis qui sont profs au Mexique côtoient Samyr et Aurélie qui en plus d'être des célébrités sont restés des gens très simples, gentils, amusants, dignes de confiance et avec qui on peut parler de tout en toute intelligence.

Vous pouvez d'ailleurs en profiter pour leur laisser un message amical, ils en seront très touchés...

samedi 27 octobre 2007

Starbucks 7... à l'oral

Cette semaine, on était plutôt "cinéma français"...



Alors, oui... C'est peut-être un peu compliqué à comprendre...
On vous a déjà expliqué que quand le serveur nous demande nos prénoms, on les dit en français, après ils comprennent ce qu'ils comprennent. Même si on essaye d'épeler, c'est pas évident...
Donc pour cette semaine... Non, non, on ne s'est pas trompés, on n'a pas mis les verres à l'envers, ça n'est pas "Simona IV" (qui l'a vu???), mais bel et bien Iv et Simona qui sont l'interprétation espagnole de Yves et Simone...
Quand on partait de bon matin, quand on partait sur les chemins...

Voilà.

Sinon, cette semaine, à l'Alliance Française, avaient lieu les examens de fin de bimestre. Il y a les sessions d'examens écrits et puis les sessions d'oraux.
Et donc, on a fait passer des oraux...
Et évidemment, on n'a pu s'empêcher de repenser à tous les oraux qu'on a pu passer depuis le lycée et jusqu'à il n'y a pas si longtemps... Passer de l'autre côté de la barrière est quelque chose d'assez spéciale où les sentiments de compassion et d'exaspération se mélangent. Peut-être que nos ami-e-s profs voient ce que nous voulons dire?
Enfin, bref. Une expérience enrichissante et surtout très amusante.

Bon on vous laisse, on va au concert d'Interpol. On vous racontera tout ça demain.
Bises à toutes et à tous,
Portez-vous bien!

mardi 23 octobre 2007

Sciuscià

Eh oui, à Mexico aussi on peut passer un week-end glandouille, à ne rien faire d'autre que du ménage, des courses, un peu de boulot et beaucoup de "nada"...
Donc forcément, là-aussi, pas de photos intéressantes...
Jusqu'à hier matin où après être allés s'inscrire à la sécurité sociale mexicaine, et après n'avoir attendu que 20 petites minutes au lieu des 4-5 heures estimées par les mexicains qui nous avaient prévenus et conseillé de prendre des livres et de commencer à apprendre à tricoter. Après s'être levés très tôt afin d'essayer de ne pas trop attendre, et après ne pas avoir eu à attendre... j'ai enfin décidé de me faire cirer les chaussures.
Oui, parce qu'ici, il y a plein de cireurs de chaussures à tous les coins de rue.
J'avoue qu'au début j'aurais été prêt à jurer de ne jamais y aller parce que "je peux le faire tout seul...", mais tout bien réfléchi, on comprend vite qu'on n'est pas en France, qu'ici l'Anpe, les Assedics et compagnie, ça n'existe pas et que du coup, cirer les chaussures, c'est un boulot et une offre de service bien sympathique et utile dont beaucoup de Mexicains profitent. Alors pourquoi pas moi?
Regardez:

Avant:


Pendant:




Après:


Avouez que ça vaut le coup! Même neuves elles n'étaient pas aussi belles! Et surtout que ça ne m'a coûté que 13 pesos, c'est à dire moins d'un euro...

Voilà, ce qu'on avait à vous raconter cette fois-ci...

Et vous qu'est-ce que vous racontez? Que se passe-t-il en France? On suit l'actualité d'ici, et on a pu se rendre compte qu'il ne se passait rien en France, pas de grève, rien, c'est bizarre... Je dis ça parce que les seules infos qu'on peut trouver sur ce qui se passe dans notre bonne vieille France, c'est que le Président de la République vient de divorcer...
Ah la la... Il est vraiment très fort. Ici, au Mexique, personne ne connaît son nom, mais tout le monde sait qu'il a divorcé...
Voilà, j'aime bien parler de l'actualité, alors j'en parle également sur ce blog.
Bon allez va...
On vous embrasse bien fort,
Portez-vous bien,
Plein de bises!


mercredi 17 octobre 2007

Starbucks 6

Aujourd'hui, petite dédicace à Ayrthon M. et à tous les volleyeurs et volleyeuses qui liront ce message:


Alors oui... c'est jamais vraiment exact, mais bon c'est pas facile non plus...
On dit "Jeanne " et "Serge", ils transcrivent en espagnol...
Pour celles et ceux qui ne comprennent pas, Jeanne et Serge sont un peu les Pierre et Marie Curie du volley-ball. On a même fait un dessin animé sur eux...
Les dessins animés... Quelle source d'inspiration pour les couples célèbres.

Bon, si ça vous saoule les starbucks, dites-nous le, on arrête de suite!
Allez va,
grosses bises
Portez-vous bien!

dimanche 14 octobre 2007

Yeah we all shine on !!!

Une semaine de plus au pays de la moustache, une semaine de travail supplémentaire, une semaine de tacos et de flautas supplémentaires, une semaine de jus de pastèque supplémentaires, bref une semaine de plus au Mexique.
Mais cette fois-ci, pas de compte-rendu d'un week-end fou parce que j'ai (Marc) eu la très bonne idée de tomber malade. On parle souvent de l'adaptation culturelle quand on va à l'étranger, mais il faut savoir que l'adaptation gastronomique et assez délicate également.
Soutenu par ma fidèle Alissonita, j'ai passé le week-end entre les toilettes et le lit, le lit et les toilettes.
On s'est dit que de prendre des photos et de les publier ensuite sur ce blog n'allait pas vous être d'un très grand intérêt.

Mais on vous écrit quand même un petit message, pour vous dire que tout va toujours très bien pour nous, pour vous dire qu'on pense à vous tous, et qu'on continue à vous solliciter pour avoir de vos nouvelles.
Allez va, une petite photo pour la route. Pour vous montrer comme on aime notre quartier et notre rue. Y a des fois comme ça... on se ballade et sur qui on tombe?...

Vous le reconnaissez? Non? Cliquez sur la photo pour la voir en plus grand...
(Si je vous dis que c'est le siège d'EMI, ça perd de son charme?... pas grave, au début, je le savais pas moi non plus...)
C'est pas sympa de marcher dans sa rue pour aller faire des courses, et de tomber sur une grande affiche comme ça?
Le premier qui l'a reconnu a gagné!
Bon si vous n'avez pas reconnu, dites-le, je mettrai un photo prise de plus près.

Voili, voilou.
Avec tout ça, même en étant malade, en n'ayant pas bougé de l'appartement du week-end, on était quand même super contents:


Allez va...
Hasta luego,
Plein de bises,
Prenez soin de vous!

mercredi 10 octobre 2007

Starbucks 5 ... dans les arcs-en-ciel!

Ce matin, avant d'aller au boulot, on est allé au Starbucks, et avant d'aller au Starbucks, on est passé devant la Pension des Mimosas.
Donc forcément, on a pensé à...



Hugo et Juliette...
Pour celles et ceux à qui ce couple ne dit pas grand chose, ces deux personnes nous ont tenus en haleine pendant une partie de notre enfance, à travers le dessin animé "Juliette je t'aime".
Beh quoi... Y a pas que Shakespear dans la vie...

Sinon, à part ça, pour parler un peu d'autre chose, je suis en train de taper ce message au son de In Rainbows, le dernier album de Radiohead. Vous savez, ce dont on parlait la dernière fois.
L'album est donc sorti aujourd'hui. Seulement téléchargeable sur leur site (www.inrainbows.com), après avoir payé une somme de votre choix.
Alors, merci à celles et ceux qui ont participé au débat. Pour ma part, j'ai interprété la démarche comme un pied-de-nez à l'industrie musicale, comme un acte justement anti-commercial. Alors j'avais déjà décidé depuis un petit moment de ne "payer" que 1€. C'est vrai pourquoi 10? 5? 8? 3?
Je me suis dit que 1 était pas mal, peut-être parce que c'est le chiffre qui succède immédiatement à zéro...
Bref. ce matin, je vais sur le site, je suis les instructions, donne mon adresse, mon numéro de téléphone, et donc remplis "1,0" dans la case correspondante (bon, en fait c'est en livre sterling qu'il faut payer. J'allais donc débourser 1,44€). Je fais tout ça, donc, et puis j'arrive sur un écran qui me résume la finalité de l'"achat", en me donnant un lien sur lequel cliquer afin de télécharger ledit album, et m'informe de la somme qui va être débitée sur mon compte... O£! Beh oui, ils ne m'ont même pas demandé mon numéro de carte...
Donc voilà. Je peux dire que Radiohead, en plus de faire de la bonne musique, sont tellement gentils qu'ils m'ont offert leur dernier album...

Ah la la...

lundi 8 octobre 2007

Le village de 100000 habitants

C’est un concept mexicain et ça s’appelle Taxco. C’est là où nous avons passé le week-end. Et devinez quoi ? Beh oui, c’était magnifique…
Taxco (prononcer /tasco/) se trouve à 2h30 de Mexico, dans l’état de Guerrero. C’est donc un village, mais un grand village. Vous allez dire : « à partir de 100000 habitants, on peut parler de ville ». Non, pas pour Taxco. Parce que Taxco n’est pas une ville c’est un très grand village.
Regardez plutôt :



Un village colonial classé monument historique et réputé pour être la capitale du plata, c’est à dire de l’argent (le Mexique est le premier producteur mondial d’argent). On trouve donc à travers les magnifiques ruelles qui montent (ou qui descendent, ça dépend d’où vous vous placez…) plein de boutiques d’argentiers qui vendent des bijoux en argent.

Allez, on va se passer de commentaires, et regarder quelques photos…


Donc voilà, vue de notre sens, cette rue monte. Mais il suffisait qu'on se tourne pour qu'elle descende...
Quand on vous dit que c'est génial le Mexique...


Hola!


Eux, ce sont les YMCA locaux...

Une petite vidéo "caméra embarquée" discrète dans le marché de Taxco. Ça Bouge un peu mais ça vaut le coup. Il faut penser que c'est une petite partie du marché seulement...
video


Après ça, j'ai goûté à la tequilla locale... assez forte...


Enfin bref, encore un week-end de découvertes. Vraiment génial.
C'est ça qui est bien dans cette ville et dans ce pays: on sait que chaque week-end peut être l'occasion de découvrir quelque chose de nouveau. Soit une ville, soit un village, soit un musée...
Une chose est sûre, c'est qu'on n'oubliera pas Taxco...
Regardez comme on était contents...


Allez, à bientôt!
Plein de bises,
Prenez soin de vous!

mercredi 3 octobre 2007

Starbucks 4

Depuis que nous sommes à Mexico, on aime beaucoup tenter notre chance pour tout et rien... On aime se remettre en question, se mettre en danger... bref on aime le risque!
C'est pour ça qu'aujourd'hui, quand on a été au Starbucks, on s'est sentis...


Johnatan Heart, woohoohoo... Jennifer Heart, woohoohoo...
Bon, même si quelques fois on a l'âme de justiciers, on n'est pas encore milliardaires...
Ça viendra peut-être?...

Mais en parlant de gens fortunés, profitons-en pour parler d'autre chose.
Oui, parce qu'il n'y a pas que le Mexique dans le vie. Il y a aussi la musique.
Nous venons d'apprendre (et sans doute certains d'entre vous également), qu'un évènement assez remarquable allait se produire le 10 octobre prochain.
En effet, le groupe Radiohead publiera son prochain album In Rainbows. Jusque là, rien de bien remarquable, sauf pour les fans qui attendent cet album depuis quelques temps maintenant.
Non, ce qui est remarquable et (à notre avis), qui s'apparente à un évènement (voire une révolution), c'est que le groupe n'étant plus sous contrat avec aucune maison de disque, se permet de le publier via internet (sous forme de téléchargement).
Jusque là, rien d'extraordinaire non plus nous direz-vous.
Certes, mais ce qui est remarquable, événementiel et révolutionnaire (toujours à notre avis), c'est que l'acheteur décide du prix qu'il veut payer.
Voilà, je ne sais pas ce que vous pensez de ça, mais nous on trouve ça assez fou (oui... et remarquable, événementiel et révolutionnaire aussi...). On trouve que pour la première fois, on peut parler de musique sans parler d'industrie, qu'on ne parle plus de consommateur... bref, génial non?
Mais alors depuis qu'on sait ça. On (surtout "je", c'est à dire Marc), ne pense plus qu'à ça. Non, non, pas à la sortie de l'album et de l'envie d'écouter les nouvelles chansons, mais plutôt au prix que je vais mettre.
10€ parce que j'estime que c'est le prix d'un album?
1€ parce que tant qu'à déconsidérer l'industrie musicale, autant aller jusqu'au bout, et puis Radiohead ne sont pas à plaindre au niveau financier (rien que ce que je leur ai laissé en achat de disques et de places de concert...)?
5€ parce que c'est entre les deux?

Bref, profitons de ce blog pour ouvrir le débat:

Si vous deviez acheter le prochain album de Radiohead, combien seriez-vous prêt(e)s à mettre (et pourquoi)?

Voilà, en même temps, on s'est dit que ça serait sympa si ce blog pouvait être davantage interactif.

A bientôt,
Plein de bises,
Portez vous bien!